LE LIVRE SUR LA LINO : MEILLEURS SOUVENIRS DE LA LINO!

Par Thomas Hazebrouck Le 27.08.2013 à Daix 16 photos

Jacques Revon, c'est une grande gueule de la télé d'hier, sur France 3, qui n'allait pas arrêter le combat pour cause de retraite. On est ravi de le retrouver le temps d'un ouvrage qu'il nous présente lui-même, en direct des lieux où il a passé la plus grande partie de son temps, ces quatre dernières années. C'est sur le chantier de la LINO, ouvrage mythique désormais, que Thomas Hazebrouk l'a rencontré. Deux générations de photographes, au service de plusiers générations de travailleurs qui pourraient demain envoyer à leur famille le bouquin de Jacques Revon, comme d'autres envoyaient des cartes postales de leurs vacances à la plage : "Meilleurs souvenirs de la LINO", c'est un peu ça aussi, le livre de Jacques.

Gérard Bouchu.

Jacques Revon, l’auteur du livre :

En  1983,  j’ai écrit un ouvrage photographique en noir et blanc, un témoignage des derniers Mineurs de charbon de la Loire. « Le cœur au fond des yeux » aux éditions Marge où Rêve.Ce document se voulait un hommage à ces hommes qui, par leur dur labeur, ont vécu dans un royaume de nuit. Leur regard demeure toujours pour moi synonyme de chaleur, de solidarité, et d’espoir dans un monde où la réalité m’apparaissait déjà différente.Depuis, cet ouvrage est devenu le témoignage d’une époque, comme vous le savez, en France toutes les mines de charbon ont fermé.Trente années plus tard, vient de paraître aux éditions l’Harmattan mon troisième livre: « Le quotidien des bâtisseurs ou l’histoire humaine d’une construction ».

Cette fois, je raconte l’histoire, d’hommes et de femmes qui oeuvrent en plein air dans les travaux publics « les TP ». Par attirance, j’ai toujours souhaité témoigner d’une autre profession, synonyme de dur labeur, mais en surface. Une concordance de vie, de rencontres et de temps m’a permis de réaliser ce projet.

Après mon départ à la retraite de France 3,  j’ai décidé de vivre une autre aventure journalistique passionnante mais différente, cette fois-ci dans la durée, et je l’avoue sans vraiment savoir s’il me serait possible d’aller vraiment jusqu’au bout…. Journalistes, nous sommes nombreux à rêver de pouvoir un jour, peut être, réaliser une expérience de ce type : Pouvoir prendre tout le temps nécessaire pour témoigner d’un fait, d’une activité, d’avoir les moyens en temps pour réaliser une longue investigation.

Je ne vous cache pas que c’est sans doute malheureusement devenu de nos jours un peu l’exception et presque un privilège! Pourtant……….

Pendant près de cinq années, par tous les temps, en toute saison, de jour comme de nuit,  j’ai donc pu rencontrer, observer, investiguer, photographier, interviewer et vivre avec celles et ceux qui ont participé à cette longue construction : la LINO (liaison intercommunale sud-ouest de la région dijonnaise) une voie autoroutière de plus de 6 kilomètres, un tracé jalonné d’une quinzaine d’ouvrages de différents types.

De cette investigation au cœur d’un secteur d’activité à mon sens très mal connu, j’ai pu grâce à un accueil chaleureux de compagnons, ouvriers, techniciens, ingénieurs, concevoir un livre et raconter je l’espère un peu « leur » histoire professionnelle. Je retiendrai aussi cette phrase entendue plusieurs fois au cours de mon périple dans la bouche de ces grands professionnels « la fierté de construire une œuvre qui reste ! »

J’ai retrouvé aussi, trente années après mon approche photographique des mineurs de la Loire, cette vraie solidarité dans le travail que j’avais bien ressentie au fond de la mine.

 

« Le quotidien des bâtisseurs ou l’histoire humaine d’une construction ». aux éditions l’Harmattan. Impression quadri 264 pages, 546 photos et 80 pages de texte.

Pour acheter des fichiers ou des tirages, merci de vous connecter ou de créer un compte.

Mot de passe oublié?

Vous ne possédez pas encore de compte?

Créer un compte